Accalmee_accalmie_cochlea_cure-oreille_oriculi_2019_cosmetique_voyage_BIM_blog_5

Quel point commun entre vos oreilles et une gazinière ?

Le drôle de destin du coton-tige

Brooklyn, 1922

En ce samedi matin, Ziuta Gerstenzang s’est levée tôt : la veille, elle avait décidé de se débarrasser pour de bon du gras tenace de sa cuisinière à gaz.

Pour atteindre les recoins que son torchon ne pouvait récurer, elle avait eu l’idée de piquer et d’enrouler un bout de coton sur un cure-dent. Son mari, Leo, adossé au rebord de la fenêtre ouverte, l’observait : Entre deux soufflantes sur son café brulant, ses neurones étaient en train de concevoir le Q-tip… ou coton-tige en français.

Commercialisé à l’origine pour le récurage ménager, le coton-tige était, une année plus tard, vendu pour le nettoyage des oreilles de nos chérubins, sans modification ni de sa forme ni de ses matières. Les gazinières sont certainement à l’écoute et nos oreilles savent cuire des oeufs mais tout de même…Qui s’étonne dans ce cas d’entendre les spécialistes O.R.L prévenir sans relâche que le coton-tige n’est pas adapté à l’entretien de notre organe auditif ?

L’ustensile, bientôt centenaire, se vend pourtant encore par milliard à travers le monde  : Comment expliquer cette situation ?

Le coton-tige néfaste pour nos oreilles et la planète

Le pavillon de l’oreille possédant de nombreuses terminaisons nerveuses, il est difficile pour les hédonistes que nous sommes de résister au plaisir procuré par les caresses du toucher. La peau du canal auditif est tapissée de milliers de micro-cils qui amplifient la sensibilité à cet endroit. Le coton-tige, qui devrait seulement être appliqué dans les plis du pavillon si nous avions un peu plus de retenue, glisse inexorablement vers le canal et s’y introduit : Une fois que l’habitude de ce petit plaisir est prise, il est très difficile de s’en défaire. A terme, les conséquences sont importantes :

    • Le coton-tige repousse le cerumen au fond du canal auditif au lieu de l’extraire, : Ce dernier, en séchant et en s’accumulant par la répétition du geste, va former un bouchon de cire. C’est alors une perte d’audition handicapante, qui conduit inexorablement à l’intervention d’un spécialiste pour le dissoudre.
    • Le geste trop souvent répété conduit aussi à assécher le canal et à retirer la pellicule de cerumen. Contrairement à son image négative, ce dernier doit être vu non pas comme un déchet de notre organisme mais plutôt une secretion protectrice. En effet, dans cette cavité ouverte vers le monde extérieur, la cire empêche le développement d’un microbiome – Bactéries, virus et champignons – agressif. Sans cette protection, le microbiome attaque nos cellules cutanées et déclenche des infections douloureuses, qui a nouveau conduisent chez un specialiste suivi le plus souvent d’un traitement désagréable.
    • L’utilisation journalière d’un coton-tige n’est pas du tout écologique : Le plastique et le coton sont d’une part très polluants à produire, et d’autre part ils ne sont pas recyclés. Ils finissent leur existence soit enfouis ou brûlés en décharge, augmentant ainsi les gaz à effet de serre ou alors au fond des océans, ce qui n’est pas mieux.
Celèbre photo de Justin Hofman

Ok, si j’arrête mon addiction au coton-tige, par quoi je le remplace ?

Comment prendre soin de ses oreilles ?

C’est, en résumé, laisser une couche de cerumen fraichement sécrétée dans le canal auditif tout en permettant au cerumen plus ancien de ne pas s’accumuler, ni au fond du canal pour la raison précédemment citée, ni à son entrée, pour des raisons esthétiques.

Dans l’absolu, notre corps prend en charge ce processus : Lorsque nous mastiquons, le canal auditif est « bousculé », ce qui permet au surplus de cerumen de s’écouler en dehors du canal : Il n’y a plus qu’à le récupérer, par exemple à l’aide d’un tissu en papier enroulé autour du bien nommé « auriculaire ». On peut aussi lorsque l’on se douche, simplement passer le jet du pommeau sur les oreilles afin d’humidifier le canal et ainsi faciliter la sortie du surplus de cerumen. Ces deux approches sont celles préconisées par les spécialistes ORL. En plus d’être sans danger pour votre audition, elles sont efficaces, écologiques et économiques.

Ce n'est hélas pas si simple pour tout le monde

Par exemple, si vous faites partie des personnes qui ne supportent pas de mouiller leur canal auditif : Avoir de l’eau dans les oreilles  qui ne veut plus sortir peut rendre fou ! Il se peut aussi que vous soyez dans une période de stress : De façon identique à ce qui se passe avec votre transpiration, les glandes du canal vont produire plus de cerumen, et d’une consistence moins liquide qu’habituellement : Ce dernier va sécher plus vite et ne plus s’écouler aussi bien, augmentant ainsi le risque d’accumulation dans le canal, et donc les risques de bouchons de cerumen.

Pour pallier à cela, des solutions ont été trouvées. Il y a évidemment le coton-tige, mais nous avons vu qu’il est à la fois inadapté et polluant.

Quelles sont donc les alternatives au coton-tige ?

Nous avons :

    • Les sprays à l’eau de mer : Il faut d’abord supporter la sensation, ensuite c’est la solution à la fois la plus onéreuse, la plus impactante au niveau écologique et la moins pratique si vous êtes une personne qui se déplace souvent.
    • Les bougies Hopi : Chères, pas pratiques et à l’efficacité très fluctuante selon les individus.
    • Les bouchons de stylos Bic ou des clés : Très pratique : On peut accessoirement protéger la bille de son stylo ou ouvrir des portes avec …

Conclusion de ce petit tour du marché : Rien de parfait.

Tout à gagner

Puisque notre objectif chez Accalmee est de proposer des ustensiles pour le soin du corps singulier et efficaces, tout en restant à la fois respectueux de la Nature et des hommes, un challenge nous était proposé, que nous avons relevé. Pour tous les aquaphobes du canal et les stressés des glandes, nous avons designé une solution, inspirée du Japon et du monde corallien : Cochlea.

En effet, les japonais utilisent une version équivalente depuis plusieurs siècles. L’ustensile consiste en une spatule en bambou incurvée à son extrémité vous permettant de retirer le cerumen à l’entrée du canal par un geste circulaire qui s’acquière instantanément.

Comparé au coton-tige et autres alternatives, les avantages sont nombreux :

  • Son cycle de vie est le plus écologique de tous :
    • Matières premières peu transformées : Bois et tissu
    • Production artisanale et locale ( a 70%) : Jura et Rhône
    • Utilisation quasi- illimitée : Bien entretenu, vous vous en servirez plusieurs années, voir décennies.
    • En fin de vie le recyclage est peu impactant car le démontage est simple et les matériaux se dégradent rapidement.
  • Pratique : 
    • Grace à sa taille réduite, vous trouverez toujours une place pour le glisser dans vos déplacements
    • Son étui de protection et sa rigidité évitent qu’il se plie, se perce ou se mouille lors de son transport
  • Esthétique :

Ca a quand même plus de gueule qu’un paquet de coton-tiges ou une bombe aerosol, non ? Et  c’est beaucoup de fun à utiliser.

Si ce n’est pas suffisant, on peut aussi rajouter que c’est la solution la plus économique après une année et demi d’utilisation.

Si vous utilisez des cotons-tiges,
qu’est-ce qui vous retient de changer pour
Cochlea
alors que vous avez
tout a y gagner ?

Partagez cet article avec vos proches

Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print