Cochlea Oreille Cure Oreille Coton Tige Ecologie Oriculi Cerumen Zerodechets Bambou Bouchons Soins Corporels Accalmee Accalmie Atoll Cochlea 2019 Cosmetique Voyage Bim Récif Slow 3

Adapter sa consommation face au défi climatique : Une méthode éprouvée

Changer nos habitudes indésirables est avant tout une question de méthodologie. Comprenez la genèse des habitudes et assimilez les 9 étapes suivantes pour tout changer

Nos habitudes démontrent leurs bénéfices tous les jours : En évitant que l’on se pose la question “pourquoi” toutes les cinq secondes, elles nous rassurent et, face aux événements routiniers et journaliers, elles nous font souvent gagner un temps précieux. Nos habitudes sont si présentes qu’elles prennent une part importante dans la définition de qui nous sommes. Les plus spécifiques d’entre elles dessinent notre personnalité aux yeux des autres et rien n’est plus amusant que de déceler ces adorables “répétitions” de nos proches.

Nous devenons ce que nous répétons

Sean Covey
Régulièrement toutefois, chacun d’entre nous est confronté à cette envie de changer quelques unes d’entre elles, parce qu’au final nous en sommes devenus les“esclaves” et qu’elles ne sont plus bénéfiques à notre santé mentale ou physique comme elles avaient pu l’être au départ. Nous souhaitons redéfinir ( reprogrammer ?) une partie de nous-même.
 
Bien que nous soyons, plusieurs fois par an, quelques milliards à se frotter à cette situation, et que cette compétence s’avère essentielle tout au long de l’existence, beaucoup d’entre nous prenons la chose trop à la légère. Face à une envie qui peut s’avérer un véritable challenge tellement le pli est pris, il est plus courant de rater le coche que de réussir à se dépatouiller de la dite “mauvaise” habitude.
Nos utilisateurs étant confrontés à cette situation en voulant arrêter les cotons-tiges, le sujet nous intéresse chez Accalmee et, les bonnes résolutions de l’année arrivant à pas de Yéti, c’est l’occasion de se demander “Mais pourquoi !”
 
Tout d’abord “parce que”, et ensuite, selon les dires des experts, nous manquerions simplement de “mé-tho-do-lo-gie”. C’est comme le planté de baton, il y a des étapes à respecter avant de virer de côté.

Comment une habitude prend forme

Avant de partager avec vous une synthèse de ladite méthodologie, rappelons-nous comment une habitude naît de nos comportements. 

Le processus est, comme souvent avec notre corps, chimique. En réalisant une action basique – se réveiller, se laver, décider ,préparer un repas, ect – nous allons y accoler une action “parasite”, plus ou moins consciente, qui va nous aider à réussir l’action. Soit parce qu’elle en facilite le déroulé – par exemple plier le dos pour ramasser un objet au sol – ou soit parce qu’elle nous permet de gérer l’état émotionnel attaché à l’action – les courants rognage d’ongles ou cheveux mâchés. 

La réussite de l’action entreprise nous apporte une satisfaction qui se traduit chimiquement par la fabrication de neuropeptides par notre cerveau qui vont être transmis aux récepteurs des cellules de nos corps, qui en sont friands. Si la même combinaison “action principale/action parasite” se reproduit une nouvelle fois avec un succès identique, une “boucle d’habitude” se crée. Plus cette dernière se répète, et plus la dépendance de l’action principale à l’action parasite se renforce, avec une amplitude qui peut aller crescendo, puisque les récepteurs cellulaires s’habituent aux doses de neuropeptides au point que l’état de satisfaction ne se déclenche plus qu’avec une augmentation régulière des doses émises par le cerveau. Le stade ultime, et extrême, d’une boucle d’habitude est l’addiction : L’action principale devient irréalisable sans l’action parasite, voir devient totalement secondaire…

 

Une image souvent utilisée pour décrire ce phénomène est celle de dévaler à ski un manteau de poudreuse. La toute première descente est hasardeuse, mais nous procure suffisamment de plaisir pour la répéter.
Plus nous la répétons, plus nous maitrisons le parcours. Plus nous maitrisons et plus nous sommes confortables.
Sans forcément s’en rendre compte, notre trace s’est creusée au point de former un véritable couloir duquel, une fois engagés, on ne peut plus sortir. Il n’y a alors plus que trois issues possibles :
  • Si la descente nous procure suffisamment de bénéfices, nous continuons.
  • Si une lassitude s’installe, soit nous augmentons la vitesse ( la dose) et cela peut conduire à un accident, avec plus ou moins de gravité selon la nature du terrain, 
  • soit nous arrivons à ne plus nous engager sur cette piste et allons dévaler une nouvelle pente immaculée ( nouvelle boucle).
 
Et c’est bien là, au départ de la trace – ou de la boucle – que réside la plus grande difficulté pour s’extirper d’une habitude qui ne nous convient plus.
Cochlea Oreille Cure Oreille Coton Tige Ecologie Oriculi Cerumen Zerodechets Bambou Bouchons Soins Corporels Accalmee Accalmie Atoll Cochlea 2019 Cosmetique Voyage Bim Récif Slow 4

La préparation mentale nécessaire au changement

La méthodologie du changement personnel est constituée de deux étapes : L’étape de préparation mentale et celle du travail comportemental.

Evidemment, tout commence par une prise de conscience de l’habitude, ce qui peut littéralement prendre des années dans certains cas; puis ensuite la reconnaissance que cette habitude ne nous convient plus et que nous aimerions la remplacer par une nouvelle, une pré-étape qui peut elle aussi prendre du temps : Les habitudes restent un confort, et même si elles nous font mal, une partie de notre mental repulse l’idée du changement.

L’habitude que vous souhaitez transformer ayant été ciblée, la méthode peut démarrer.

PREMIER PAS  : Transformer le désir de changer en obligation de changer.

Se placer dans l’obligation de changer, c’est être profondément convaincu que l’habitude ciblée est devenue plus préjudiciable que bénéfique et que notre avenir n’est pas envisageable avec elle. Tant que vous laisserez, ne serait-ce qu’un petit trou de souris, une ouverture à l’idée de continuer avec l’habitude, cette dernière trouvera le moyen de se faufiler et de se relancer. 

Attention, ici se loge le premier écueil, qui est de confondre décision et rigidité. La route vers l’émancipation ne fait que commencer, le voyage peut être long, avec des moments, où pour diverses raisons, vous n’aurez pas la clairvoyance nécessaire et où l’habitude reprendra le dessus : C’est normal, et il ne s’agira pas de se donner cinquante coups de fouets parce que l’on s’est à nouveau rongé les ongles. Il faut être rusé et patient avec l’habitude. Soyez déterminé, mais pas intransigeant. L’intransigeance risque de vous fatiguer mentalement et de vous décourager. Et si vous échouez au final, le retour de baton sera brutal, avec le risque d’une dépendance à l’habitude encore plus forte qu’auparavant. 

L’important est de prendre l’engagement de changer et de ne jamais douter que c’est un meilleur choix pour nous : La route s’annonce lente et bosselée, mais on s’oblige à regarder devant soi et plus jamais dans les rétroviseurs, cela n’empêchant pas des haltes.

DEUXIEME PAS  : Comprenez votre habitude.

Si vous ne prenez pas ce temps d’analyser les mécanismes de votre habitude, vous n’identifierez pas ses déclencheurs. Pourquoi vous retrouvez-vous au départ de cette trace ? Quel hélicoptère émotionnel vous y conduit ? Rappelez-vous qu’une habitude se prend parce qu’elle vous permet de réaliser une action plus facilement ou de surmonter un état émotionnel qui vous incommode : Elle ne vient pas de nulle part : Elle comble un vide. 

Pour parvenir à mieux cerner les déclencheurs de l’habitude, vous devez en analyser le contexte. Par exemple, le rognage des ongles est souvent lié à un état d’angoisse, ou l’habitude de ne pas mâcher suffisamment est provoquée par un état de stress. Partez de l’expression physique de l’habitude et décortiquez les contextes situationnels et émotionnels, en faisant des rapprochements d’une fois sur l’autre. Une fois que le bouquet des déclencheurs est compris, vous pouvez passer à la suite.

Change rien…et rien ne change…

Auteur inconnu

TROISIEME PAS  : Symboliser votre cheminement

Beaucoup de personnes sous-estiment cette étape, malgré son secours dans les moments de doutes. L’idée est de representer de manière visuelle , sur un format qui tient dans la poche, une représentation de nous-mêmes dépendants à l’habitude d’un côté, et de l’autre une représentation de nous-mêmes libéré de l’habitude.

Ces représentations sont souvent des dessins : Ils doivent être très personnels et symboliques : Il ne faut pas avoir peur d’exagérer les traits dans un sens et dans l’autre.Ce petit objet à emporter partout se montrera fort utile lorsque vous serez assailli par la tentation : Craquons et nous renforçons un peu plus notre personne qui ne nous satisfait pas, résistons et c’est vers l’autre facette, bénéfique, que nous faisons un pas de plus.

 

QUATRIEME PAS  : Etablissez des objectifs intermédiaires

C’est un long processus, mais abandonner ne l’accélérera pas

BJ Fogg
Combien sommes-nous à avoir abandonner un objectif parce qu’il nous semblait inatteignable ?
L’astuce, et c’est valable pour la plupart des projets, c’est de décomposer l’objectif final en mini-objectifs intermédiaires. Le sommet parait ainsi moins haut et les efforts à fournir plus gérables. Par exemple si votre habitude est de jouer tous les jours sur votre téléphone plusieurs heures, vous pouvez en première semaine vous fixer l’objectif de réduire le temps de 25%, puis en semaine 2 d’un tiers seulement, puis en semaine 3 de 50%, ect… L’avantage est aussi de pouvoir ré-adapter son plan au fur et à mesure des événements et des contraintes. Encore une fois, il vaut mieux re-planifier et allonger les mini-objectifs que de tout abandonner.
 
Par contre, ce plan doit être écrit et rester accessible à tout moment. Et pour une minorité de personnes, le plan des minis objectifs ne fonctionnent pas, elles préfèrent arrêter net leur habitude et viser le grand objectif de suite. Seule l’expérience vous permettra de savoir dans quelle catégorie vous vous situez.

Après ces 4 étapes préparatoires, vous devriez, mentalement, être prêts. Vous pouvez alors passer à l’action 

Rambo

Le travail comportemental nécessaire au changement​

CINQUIEME PAS  : Modifier votre environnement

Ce pas n’est pas toujours possible, mais il est d’une efficacité inégalée. Nos habitudes peuvent facilement être déclenchées par les interactions que nous avons avec l’extérieur ou les personnes que nous côtoyons.
 
> Rien de tel que de s’attaquer à une habitude quand nous sommes dans un lieu “in-habituel” pour un temps suffisamment long, par exemple en vacances. Une bonne partie de nos déclencheurs ne sont plus là, notre mental est plus disponible à fournir les efforts nécessaires et de nouvelles habitudes ont l’espace et le temps d’émerger.
 
> Essayez de vous lier d’amitié avec des personnes qui n’ont pas l’habitude dont vous essayez de vous débarrasser et qui se rapprochent plus de votre symbole positif. 
 

> Parfois, changer des meubles ou la décoration de son lieu de vie peut suffire à casser une habitude. Par exemple, si vous avez pris l’habitude de fumer le soir assis dans une chaise confortable du jardin, s’en débarrasser peut vous aider à supprimer quelques déclencheurs.

SIXIEME PAS  : Trouver un substitut

Encore une fois, l’habitude a initialement émergé pour une raison valable. Si vous ne la remplacez pas, il sera plus difficile de s’en défaire : Votre mental a horreur du vide…Il vous faut trouver une alternative plus bénéfique pour vous ( N’allez pas remplacer une cigarette par un verre d’alcool ;)) sur laquelle vous allez pouvoir vous appuyer quand les déclencheurs de l’habitude à chasser se feront sentir.

Le secret du changement est de consacrer son énergie non pas à combattre une habitude indésirable, mais à en construire une nouvelle

Socrate

SEPTIEME PAS  : Créer des barrières/ Créer des raccourcis

Une fois que vous avez une habitude de substitution, vous pouvez mettre en place un système qui facilite l’habitude bénéfique, et un autre système qui rend l’habitude néfaste plus difficile, ou moins agréable, à réaliser. 

Par exemple placer la tablette de chocolat que vous dévorez trop souvent à un endroit ou vous avez besoin d’un escabeau pour l’atteindre, ce dernier étant lui-même pas forcement facile d’accès. Ou forcez-vous à faire de l’exercice physique pendant 5mn après avoir succombé…Veillez à ce que les contraintes soient en rapport avec l’habitude. Pour l’habitude bénéfique l’idée est identique. Par exemple, si vous souhaitez occuper votre soirée à lire plutôt qu’à regarder la télévision, placer des livres ou revues à divers endroits de votre lieu de vie, propices à la lecture, alors que les piles de la télécommande TV sont rangées à trois endroits différents…

HUITIEME PAS  : Récompensez-vous

C’est aussi l’avantage des minis objectifs : Il est très important de célébrer ses petites victoires. Puisque les habitudes sont créées lorsqu’un comportement est récompensé d’une façon ou d’une autre, une des meilleures façons de créer de nouvelles habitudes est de vous offrir une récompense pour votre bon comportement. C’est bon pour le moral et cela fera passer plus facilement les efforts. Attention toutefois à ce que la récompense ne devienne pas elle-même une habitude !

NEUVIEME PAS  : Restez patient

Vous le savez, la route peut être longue. Certains spécialistes parlent de 21 jours pour déprogrammer une habitude mais d’autres évoquent plutôt 45 jours…Le plus difficile reste les premiers jours – votre corps supporte mal les modifications chimiques – donc si vous tenez les dix premiers jours, vous pouvez vous dire que le plus dur est passé et que vous êtes en très bonne voie pour réussir.
 
Aussi, ne cherchez pas à changer plus d’une habitude à la fois. Devoir produire des efforts sur plusieurs habitudes risque de vous accabler sur le long terme et vous avez plus de risque de tout abandonner par fatigue mentale.
“A coeur vaillant rien d’impossible…encore moins avec une bonne méthodo !” pourrait-on rajouter.
 
Si vous voulez vous débarrasser d’une habitude tenace, la volonté ne sera pas suffisante, vous devrez aussi faire preuve de ruse pour déjouer les mécaniques chimiques de votre cerveau et les 9 pas évoqués ici se montreront des alliés solides!
 
Have Fun !
 

Participer à la préservation de nos écosystèmes figure-t-elle dans vos objectifs à long terme ?

Suivant la méthode décrite ci-dessus, la réduction des plastiques à usage unique à votre domicile pourrait être un objectif intermédiaire. Pourquoi ne pas essayer de se passer des cotons-tiges notamment, qui sont en plus néfastes pour vos oreilles ?  Notre cure-oreille Cochlea est la substitution idéale.

Partagez cet article avec vos proches

Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
0
×
×

Panier